VICTOIRE

C’est dans une ambiance de festivités, de légèreté et de soulagement qu’est née la seconde partie de ma vie cet été. VICTOIRE, je passe en P2.

Les 20 années passées n’ont été qu’un cheminement ponctué d’hypothèses et de peut-êtres: Peut-être que je vais échouer en S? Peut-être que je n’aurai pas mon bac? Peut-être que j’échouerai durant la PACES? Peut-être aurai-je du aller en droit? Peut-être aurai-je du choisir une filière moins sélective? Peut-être que je serai médecin?  Vétérinaire? Infirmière? Juge? Psy? Kiné?  Pharmacienne? Avocate? Ergothérapeute?

La maternelle, la primaire, le collège, le lycée et ces deux -putains- de premières années de fac, pour arriver aujourd’hui, où je sais enfin en partie de quoi sera fait mon futur. Je connais, globalement la profession que j’exercerai plus tard et c’est bon de pouvoir se projeter un peu. C’est bon de savoir que je vais passer encore de longues années à étudier, et qui plus est : à étudier ce qui me passionne, la médecine. VICTOIRE.

C’est bon de pouvoir se pencher sur de nouveaux peut-être. Peut-être que je travaillerai à l’hôpital ? Peut-être dans un laboratoire ? Peut-être que je serais cardiologue ? Neurologue ? Obstétricienne ? Généraliste ? Dermato ?

Peut-être que pour le moment, ça m’importe peu car j’ai encore le temps de me poser toutes ces questions. J’ai le temps de tracer mon chemin dans le monde médical et de trouver la spécialité qui m’animera le plus. Je pourrai déjà formuler une ébauche de réponse à ce sujet, mais j’ai encore tant de choses à découvrir.

Demain, début du stage infirmier. Première “grande” approche de l’hôpital, je vais enfiler ma blouse, mes crocs et accrocher ce fameux badge sur ma tenue blanche.  VICTOIRE.